Qu’est-ce que c’est une première fois?

LA THÉMATIQUE

LA PREMIÈRE FOIS OU LES PREMIÈRES FOIS

Lorsqu’on pense à LA première fois, l’image qui nous vient en tête est celle de la pénétration vaginale entre un homme et une femme, autrement dit : une pénétration «pénis-vagin». Effectivement, cela peut être le cas. Or, si cela est une possibilité, qu’en est-il des situations où deux personnes du même sexe vivent leurs premières expériences sexuelles? La première fois correspond-elle réellement et uniquement à LA pénétration «pénis-vagin» ou est-il possible d’élargir notre conception de ce sujet?

Nous sommes d’avis que bien d’autres premières fois sont en fait sous-estimées. Par exemple : qu’en est-il de l’importance accordée à la première personne que l’on embrasse, la première personne que l’on caresse, ou encore, la première personne qu’on laisse nous caresser? Nous croyons que ces «autres» premières fois sont toutes aussi fondamentales dans le développement notre rapport à la sexualité.

Voici plusieurs exemples de premières fois :

• Je suis une femme et j’ai ma première relation sexuelle avec un homme.
• Je suis un homme, j’ai déjà eu des relations sexuelles avec des femmes et c’est la première fois que j’ai une relation sexuelle avec un autre homme.
• Je suis une femme et c’est la première fois que j’embrasse une autre femme.
• Je suis une femme et c’est la première fois que je fais une fellation à un homme.
• Je suis un homme et c’est la première fois que je fais un cunilingus à une femme.
• Je suis une femme et c’est la première fois que j’ai une relation anale.
• Je suis un homme et c’est la première fois que j’insère un doigt dans l’anus d’un autre homme.
• Je suis une femme et c’est la première fois que j’ai un orgasme dans une relation sexuelle avec un homme et qu’il me pénètre.
• Je suis un femme et c’est la première fois que je fais l’amour avec une autre femme.
• Je suis un homme et ma première expérience sexuelle était abusive.
• Je suis un homme, bien que je sois né femme, et c’est la première fois que je pénètre quelqu’un.
• Je suis une femme dans une relation hétérosexuelle depuis 5 ans, et c’est la première fois que je vis une pénétration vaginale.
• Je suis un homme qui a été en couple pendant 10 ans avec la même femme, elle a été ma seule partenaire sexuelle, et c’est la première fois que j’ai une relation sexuelle avec une autre femme.


LA SYMBOLIQUE

Il va sans dire que la symbolique sociale associée à LA première fois est importante. LA première fois est un concept assez restreint et non-inclusif en ce sens qu’il est utilisé davantage pour définir les premiers rapports sexuels complets entre un homme et une femme. Or, nous croyons qu’il est important de nous approprier l’importance de nos moments de découverte sexuelle, et, par conséquent, de décider lesquels forment NOS moments significatifs.

QUELLE EST MA PREMIÈRE FOIS SIGNIFICATIVE?

Plusieurs personnes vivent malheureusement des expériences sexuelles dites «négatives» : des abus, des relations consensuelles mais douloureuses, de la pression par les pairs, des relations consensuelles et non douloureuses, mais sans plaisir, etc. Nous croyons qu’il est important de se souvenir quelle est la première fois où nous avons vécu une expérience sexuelle positive; par exemple, la première fois que ma ou mon partenaire m’a fait ressentir du plaisir, la première fois que je me suis senti-e amoureux ou amoureuse du ou de la partenaire avec qui j’ai une relation sexuelle, la première fois que je me suis senti-e à l’aise de me montrer nu-e, etc. Ces moments ne seront peut-être pas les premiers dans nos expériences sexuelles. Le temps est précieux dans l’élaboration d’une vie sexuelle épanouissante.

RETARDER LA PREMIÈRE FOIS

Statistiquement, l’âge auquel ont lieu les premières relations sexuelles au Canada est entre 15 et 19 ans.

Certain-e-s professionnel-le-s promeuvent l’idée selon laquelle plus la première fois sera retardée mieux ce sera pour le développement de l’individu. Est-ce vrai? Avant même de vivre notre première fois, une pression sociale négative pèse sur nous, nous faisant vivre des sentiments parfois négatifs en ce qui concerne ces expériences. Nous croyons donc que de proposer un standard d’âge auquel devrait avoir lieu LA première fois est en fait une norme étouffante, pour les personnes ayant vécu des expériences plus jeunes, ou plus vieilles. Attention, l’expression «plus jeunes» ne veut pas dire que les relations ont été non-consensuelles. Pour en apprendre davantage sur le consentement, visitez notre dossier sur le consentement.

Si nous vivons notre sexualité à un âge précoce, nous serons étiquetés, en fonction de notre sexe, généralement d’une façon péjorative. Chez le garçon, par exemple, c’est généralement positif d’avoir des relations sexuelles, chez la fille cela peut s’avérer négatif. Si nous vivons notre sexualité et les premières fois à l’âge adulte, une étiquette encore une fois négative nous sera donnée. Il s’agit d’un double standard.

Peu importe l’âge de VOTRE ou de VOS première-s fois, pensez à vous, à vos outils —par exemple, le fait de respecter nos propres décisions et celles des autres ou d’avoir confiance en soi— et à ce que vous pensez qui vous permettra de vous épanouir à travers votre développement personnel. À ce sujet, un petit rappel est de mise :  les adolescent-e-s sont absolument conscient-e-s et capables d’avoir des réflexions à propos de leur sexualité. Si vous le pouvez, prenez conscience de vos compétences personnelles (ex.: confiance en soi, respect de soi et des autres, écoute active de ses besoins), cela pourrait vous menez à une exploration sexuelle épanouissante.


 

QU’EST-CE QUI EST IMPORTANT LORS D’UNE PREMIÈRE FOIS?

LA SYMBOLIQUE

ÊTRE PRÊT-E

La question que plusieurs personnes se posent dans le contexte d’une éventuelle première fois est généralement : «Es-tu prêt-e?» Il est très complexe d’expliquer aux gens comment ils ou elles devraient se sentir vis-à-vis de leur-s première-s fois. Il est impossible de parler en généralisant les expériences de toutes et de tous. Néanmoins, il reste important de considérer les nombreux aspects de cette question.

NIVEAU PERSONNEL

Au niveau personnel, il est important de considérer ses envies, ses besoins, ses limites et d’analyser ses désirs. Cela semble, à priori, complexe à faire, mais à vrai dire ce sont des réflexions plutôt simples. Ces réflexions aident à faire des choix éclairés. Il peut être difficile de comprendre réellement ce que veut dire «un choix éclairé», dans un contexte sexuel.  Comment puis-je être certain-e que je suis prêt-e à vivre un acte sexuel alors que je ne l’ai jamais vécu-e ou que je n’y ai même jamais réfléchi? Néanmoins, les multiples fois où vous saurez exactement, grâce à vos réflexions, ce que vous cherchez dans vos relations sexuelles, il y a de fortes chances que ce soit plus épanouissant. Il arrive parfois qu’on prenne des décisions que l’on regrette par la suite. En soit, ce n’est pas un processus négatif. Il peut être sain de vivre des regrets sexuels, ces regrets permettent, entre autre, de savoir ce qu’on ne veut pas ou ce qu’on ne veut plus. À ce sujet, il est bien important de comprendre la notion de consentement. Nous vous suggérons la lecture de notre dossier à ce sujet.

Voici un exemple hypothétique de première fois, en considérant le niveau personnel :

«JE SUIS UNE FEMME. CELA FAIT VRAIMENT LONGTEMPS QUE JE VEUX AVOIR UNE RELATION INTIME AVEC UNE AUTRE FEMME. J’AI RÉFLÉCHI LONGUEMENT À MES DÉSIRS, ET EFFECTIVEMENT JE FANTASME SUR L’ACTION MÊME DE FAIRE CES COMPORTEMENTS SEXUELS. J’AI ENVIE DE LE FAIRE MÊME SI JE SUIS UN PEU STRESSÉE.»

NIVEAU RELATIONNEL

Au niveau relationnel, les premières fois peuvent être discutées entre les personnes concernées. Est-ce nécessaire de toujours expliquer à notre ou nos partenaire-s que c’est notre première fois pour telle ou telle action ou expérience? Nous croyons que cela dépend vraiment de ce que vous ressentez. Est-ce réellement nécessaire de dire à votre ou vos partenaire-s que c’est votre première fois, si le fait même d’en parler vous met dans une situation d’anxiété? Peut-être pas! Et vice versa, si cela vous permet de vous sentir plus en confiance, d’être plus à l’aise avec vous-même et votre ou vos partenaire-s, allez-y! S’arrêter quelques instants avec la ou les personne-s avec qui on veut vivre une relation sexuelle, se permettre une discussion, ça peut s’avérer gagnant!

Suite de l’exemple hypothétique de première fois, cette fois en considérant le niveau relationnel :

«J’AI FINALEMENT DÉCIDÉ D’AVOIR DES RAPPORTS SEXUELS AVEC UNE AUTRE FEMME. MON STRESS ÉTANT UN PEU TROP ÉLEVÉE, JE LUI FAIS PART QUE C’ÉTAIT LA PREMIÈRE FOIS QUE JE VIVAIS CES COMPORTEMENTS. LA FEMME ME RÉPOND GENTIMENT. ELLE ME COMMUNIQUE QUE CE N’EST PAS GRAVE, QU’ON POURRA «Y ALLER DOUCEMENT» ET QU’ON AURA QU’À SE PARLER PLUS!»

NIVEAU ÉMOTIONNEL

Au niveau émotionnel, l’amour est souvent considérée comme l’émotion par excellence des première-s fois. Ceci vient aussi souvent avec l’idée qu’il faut être en couple pour vivre de la sexualité. Nous croyons qu’il existe plus de nuances en ce qui a trait aux émotions et aux relations intimes. En d’autres mots, est-il vraiment nécessaire d’être en amour avec notre ou nos partenaire-s pour avoir des relations sexuelles épanouissantes? Cela dépend évidemment de chaque personne :  il est important de se rappeler que ce qui est le mieux pour soi ne l’est pas nécessairement pour un-e autre. Que vous soyez en couple ou non, votre sexualité avec d’autres individus peut être satisfaisante.

Plusieurs émotions peuvent être ressenties lors d’un rapport sexuel consensuel. Que ce soit du stress, de l’envie, de la peur, de la joie, de l’excitation et plus encore, sachez qu’elles sont toutes normales.

Chaque fois que vous serez devant une nouvelle première fois, des questionnements pourront surgir. Que vous soyez prêt-e ou non, sachez que de réfléchir aux questions que vous vous posez vous mènera vers une décision plus éclairée. Ces choix qui s’offriront à vous vous permettront de mieux comprendre vos sentiments ainsi que vos besoins. Permettez-vous aussi de réfléchir à vos expériences passées, avant d’en vivre davantage. Même si cela enlève un peu de spontanéité à vos expériences, elles resteront, espérons-le, satisfaisantes. Bref, l’idée générale pour se sentir prêt-e à entreprendre quelconque relation sexuelle, c’est de s’outiller positivement devant les événements qui nous semblent tentants. Nous croyons que cela prend plusieurs réflexions : avant, pendant et après vos rapports sexuels.


LA PROTECTION

Il est très important de se protéger dans le contexte d’une première fois. Même si, par exemple, c’est la première fois que vous couchez avec quelqu’un, il se peut que ce ne soit pas le cas pour cette personne. Malgré toute la confiance que nous pouvons accorder à une autre personne, il est tout de même impossible de connaître son passé sexuel. Est-ce que, en tant que femme, je serai à risque de tomber enceinte si je n’utilise pas de protection? Mon ou ma partenaire a-t-il/elle, par exemple, contracté des infections transmissibles sexuellement lors de relations précédentes? Même si on observe les organes génitaux «à la loupe», il est souvent impossible de le savoir! Le simple fait de dire que nous n’avons «rien» n’est peut-être pas vrai. La seule façon d’en être sûr et certain est en allant faire des tests de dépistage régulièrement.

Une des meilleures façons de se protéger dans un rapport sexuel imminent est évidement d’utiliser le condom. Nous imaginons déjà les yeux rouler devant les écrans, mais lisez jusqu’à la fin! Nous vous jurons que ce sera intéressant.

ATTENTION À BIEN LE POSER!

Souvent, en raison de la façon dont il est posé, le condom est moins efficace qu’il pourrait l’être de façon optimale. Simplement, il n’est pas toujours bien mis. Cela veut dire que son efficacité augmente considérablement s’il est bien posé sur le pénis. Logique! Aussi, plus la relation sexuelle est longue, moins l’efficacité et la protection du condom sont bonnes. La chaleur et la friction sont deux facteurs qui peuvent graduellement réduire l’efficacité d’un condom. Surpris-e? Nous l’avons été aussi. Cela augmente notamment les risques de bris du condom, augmentant du même coup les risques de transmission d’ITSS (infections transmissible sexuellement et par le sang) et la possibilité d’une grossesse non-désirée.  Ainsi, il faut bien prêter attention au condom non seulement lors de sa pose, mais aussi pendant la relation, afin de s’assurer qu’il ne brise pas et qu’il ne bouge pas! Petit conseil: peu importe le type de pénétration, utilisez du lubrifiant à base d’eau, cela augmentera grandement l’efficacité du condom. En effet, une pénétration trop sèche augmente les risques de bris du condom!

Dans une étude récente, les jeunes canadien-ne-s âgé-e-s entre 15 et 17 ans utiliseraient plus souvent le condom (à 80%) que les jeunes âgé-e-s entre 20 et 24 ans (à 63%). Or, ce n’est pas parce qu’on est plus vieux ou vieilles qu’on risque moins de contracter une ITSS! VOYONS!

Enfin, pour en apprendra davantage au sujet du condom, nous vous conseillons de visionner notre capsule «comment mettre un condom»!



* Plusieurs personnes s’identifieront asexuelles au cours de leur vie et n’auront donc peut-être jamais de première(s) fois et n’en voudront peut-être jamais. L’important est de se respecter soi-même dans ses choix.

Show Buttons
Hide Buttons