Les Infections Transmissibles Sexuellement et par le Sang

QU’EST-CE QU’UNE ITSS?

LES INFECTIONS TRANSMISSIBLES SEXUELLEMENT ET PAR LE SANG

Les Infections Transmissibles Sexuellement et par le Sang (ITSS) sont depuis très longtemps des facteurs de stress pour les gens actifs sexuellement. Les ITSS sont multiples, associées à des symptômes variés, souvent même inexistants, ainsi qu’à des taux de guérison différents d’une personne à l’autre ou d’une infection à l’autre. C’est pourquoi il est plutôt complexe de les comprendre et aussi de s’en protéger. Étant donné ces différences, certaines d’entres elles engendreront plus de stigmatisation que les autres. 

Dans ce dossier, nous discuterons des ITSS. Notre volonté n’est pas de vous faire la liste des pourcentages ou des infinis détails de chaque infection. Les données sont importantes, mais ne vous serviront pas concrètement dans les contextes intimes où il sera important d’avoir des outils pour bien vous protéger.  Il sera important pour nous de tenter de vous rassurer, tout en vous transmettant le plus d’information possible! Par exemple, on peut dire qu’aujourd’hui, au Canada, il y a un très faible risque de mourir d’une ITSS ou de ses complications. Ce qui reste par contre, ce sont les préjugés sociaux qui affectent les individus qui vivent avec une ITSS, que ce soit temporaire ou non.

LES IMPACTS SUR LA VIE SEXUELLE

Oui, les ITSS font peur. Une des idées qui vient souvent en tête est celle que la contraction d’une ITSS mènera à la fin de notre vie sexuelle. Mais cela est… FAUX! Voyez notre capsule ci-haut pour en apprendre davantage à ce sujet.

Contracter une ITSS ne sera jamais la fin de votre vie sexuelle, si vous faites le choix de demeurer actif-ve-s sexuellement. Il se peut que vous viviez du stress lorsque vous aurez un doute sur votre statut médical ou lorsque vous penserez que vous devez annoncer votre statut à un être cher, mais aucun résultat ne devrait vous amener à penser que votre vie sexuelle est terminée. AUCUN. Il faudra plutôt s’adapter à cette nouvelle situation en prenant des décisions éclairées!

Les ITSS forment un sujet tabou au sein d’un sujet encore tabou:  la sexualité. Que vous ayez contracté une ITSS ou non, il y a toujours ce petit malaise lorsque quelqu’un désire aborder le sujet. Que ce soit entre ami-e-s autour d’une bière, avec son/sa/ses partenaire-s dans une chambre à coucher ou même avec son médecin, il est possible de ressentir que ce n’est jamais vraiment le bon moment pour parler d’ITSS. Pourtant, plus il y aura de discussions concernant les ITSS,  moins il y aura de préjugés véhiculés. Logique!

En tentant de comprendre pourquoi les ITSS sont abordées avec autant de préjugés, on découvre plusieurs aspects intéressants.

Tout d’abord, il semble être admis que les ITSS sont des «maladies» qu’il est possible d’éviter. L’idée qui sous-tend cette croyance est donc qu’il est facile de prendre soin de sa santé sexuelle et que la personne qui contracte une ITSS n’a simplement pas été capable de prendre soin de sa santé. On croira donc que cette personne est irresponsable et que ce qui lui arrive est de sa faute. Cette personne sera malheureusement souvent victime de préjugés concernant les ITSS. 

L’ÉDUCATION SEXUELLE

Pendant ce temps, il n’y a pas —ou très peu—  d’éducation à la sexualité dans les écoles du Québec. Pourtant, on s’attend généralement à ce que les jeunes —et les moins jeunes—  sachent comment bien se protéger. Trop souvent, le sujet du condom est à peine effleuré dans les classes. Comment peut-on s’attendre à ce qu’un groupe de personne utilise un outil de protection alors que ce groupe ne détient quasiment aucune connaissance à son sujet? Pourtant, savoir poser un condom est une compétence TRÈS importante en matière de santé sexuelle, en matière de protection contre les ITSS. Il y a des étapes précises : visionnez notre capsule à ce sujet!

DIFFÉRENTS TYPES D’INFECTION TRANSMISSIBLE SEXUELLEMENT ET PAR LE SANG

Il existe différents types d’ITSS. Les bactéries et les virus sont les deux plus grandes catégories. Leurs différences sont bien importantes afin de mieux comprendre les enjeux que posent les spécificités de chaque infection. Les bactéries sont des organismes vivants unicellulaires. On les retrouve dans presque tout ce qui est en vie sur Terre. Les infections bactériennes, comparativement aux infections virales, peuvent être traités par la prise d’antibiotiques. Les virus sont, en contrepartie, des entités biologiques qui ont besoin d’un hôte. L’hôte sera généralement une cellule dans le corps humain. Cette cellule permettra au virus de reproduire son métabolisme. C’est ainsi qu’un virus se propage dans un organisme vivant. Il se multiplie. Les virus ne peuvent pas être traités. Néanmoins, les virus peuvent être stabilisés à l’aide d’antirétroviraux.

Consultez notre page concernant les ITSS. Cette page est consacrée à la description factuelle de chacune des ITSS.  Vous y trouverez des faits bien intéressants!

Consultez aussi notre dossier «Comment se protéger des ITSS? Condom et digue dentaire» pour en apprendre davantage sur les raisons pour lesquelles il est important de se protéger.


QUELS IMPACTS LES ITSS AURONT SUR MA VIE INTIME ET SEXUELLE?

LA SYMBOLIQUE

VIE PERSONNELLE, RELATIONNELLE ET ÉMOTIONNELLE

NIVEAU PERSONNEL

Être actif ou active sexuellement implique plusieurs prises de décision, et cela à chacune des nouvelles relations sexuelles qu’on a. Lorsqu’on aborde la sexualité en parlant des ITSS, plusieurs décisions personnelles sont à considérer.

PORTER, OU NON, LE CONDOM.

Bien évidemment, la décision de se protéger est un choix totalement personnel. Je suis libre de mettre un condom ou de demander à mon partenaire d’en mettre un. Je suis libre, aussi, d’accepter d’avoir une relation sans protection. Il est important de ne pas oublier, même dans le feu de l’action, que ce choix pourra avoir des conséquences autant à court qu’à long terme, tout comme il pourra, par chance, ne pas en avoir. Il est important de réfléchir à ce choix, pour s’assurer son propre bien-être. Cela implique notre santé autant à des niveaux psychologiques que physiques. Il peut être bien difficile d’envisager quelles pourraient être les conséquences de nos actions. On se dit souvent que cela n’arrive qu’aux autres, alors que malheureusement il n’y aucun moyen de se protéger à 100%.

Pour en apprendre davantage sur le condom, visionnez notre capsule à ce sujet ou lisez notre dossier sur les différents moyens de se protéger des ITSS dans des situations différentes.  

PARLER, OU NON, DE SON STATUT.

Tout comme la décision de porter ou non un condom est un choix personnel, le fait de parler de son statut est aussi un choix personnel. Une personne a le droit de refuser de dévoiler son statut, qu’elle ait contracté une bactérie ou à un virus. Cela est une information très personnelle! Or, il est important de se poser cette question et d’y réfléchir plus en profondeur lorsqu’une personne connait son statut et qu’elle s’apprête à avoir des relations sexuelles avec un, une ou des partenaires. Il est important de s’imaginer la situation inverse : si son, sa ou ses partenaires étaient porteur d’une ITSS, il est fort probable que l’on aimerait en être avisé-e pour faire de meilleurs choix sexuels, se protéger ou refuser la relation. 

NOTE : Pour le VIH/SIDA, cela peut-être différent, d’un point de vue légal! Nous vous invitions à lire le dossier sur le consentement et les ITSS pour en apprendre davantage à ce sujet.

Afin de vous appuyez dans vos réflexions, nous vous suggérons de lire les mises en situation suivantes :

Voici un exemple hypothétique de situation où l’un des partenaires est porteur d’une ITSS, en considérant le niveau personnel :

«JE SUIS UN HOMME ET JE RENCONTRE UNE FEMME QUI M’INTÉRESSE. ELLE SEMBLE AUSSI INTÉRESSÉE PAR MOI. JE SUIS PORTEUR DU VHS 2 ET J’AI DES ÉRUPTIONS RÉGULIÈREMENT AU NIVEAU GÉNITAL. APRÈS AVOIR RÉFLÉCHI, JE CHOISIS DE LUI PARLER DE MON STATUT, AVANT QU’ON AIT NOS PREMIERS RAPPROCHEMENTS PHYSIQUES. JE PENSE QUE JE VAIS LUI PROPOSER QUE NOUS AYONS DES RAPPORTS SEXUELS EN UTILISANT TOUJOURS DES CONDOMS ET LA DIGUE DENTAIRE AFIN DE DIMINUER LES RISQUES DE TRANSMISSION. JE NE SAIS PAS CE QU’ELLE VA ME RÉPONDRE OU SI ELLE VA ME JUGER.»

NIVEAU RELATIONNEL

Au niveau relationnel, une ITSS peut être abordée sous deux angles : l’angle de la personne porteuse et l’angle de la ou du partenaire ou de la ou du  futur-e partenaire.  

L’ANGLE DE LA PERSONNE PORTEUSE DE L’ITSS :

Cette personne aura deux choix : dévoiler ou non son statut. Les deux auront des impacts significatifs sur la relation à établir. D’abord, le risque d’infecté son partenaire est toujours présent, alors si la personne n’est pas avertie, cela peut causer une très mauvaise surprise. Néanmoins, cela demeure un choix personnel. Il est important d’y réfléchir, parce que cela peut affecter la relation de confiance que vous avez avec votre partenaire. Si vous décidez de dévoiler votre statut, il peut être plus complexe d’entrer en relation intime avec d’autres humains lorsqu’on est porteur d’une ITSS, surtout lorsqu’elle est un virus. Les discussions pourront être longues et nombreuses avec la personne avec qui l’on désire avoir des relations. Cependant, il ne faut pas perdre espoir, car de belles relations d’amour de et de compréhension de l’autre peuvent résulter de telles discussions.

L’ANGLE DE LA OU DU PARTENAIRE :

Lorsque l’on reçoit l’annonce qu’une personne est porteuse d’une ITSS plusieurs choix s’offrent à nous. D’abord, il est possible de refuser d’entreprendre une relation avec cette personne, parce qu’on ne désire tout simplement pas prendre de risque. Un autre choix serait d’être ouvert-e à la discussion et à des formes de sexualité qui permettraient de réduire les risques de transmission. Il ne faut pas oublier à quel point d’agréables émotions, de la complicité et des beaux moments passés ensemble peuvent parfois être plus forts que l’impossibilité d’entretenir certaines formes de sexualité.

Suite de l’exemple hypothétique de situation où l’un des partenaires est porteur d’une ITSS, en considérant le niveau relationnel :

« J’AI PARLÉ AVEC LA FEMME AVEC QUI JE VEUX ENTRER EN RELATION DE MON STATUT POSITIF DU VHS 2. ELLE SE MONTRE TRÈS COMPRÉHENSIVE ENVERS MA SITUATION. Ensemble, NOUS DISCUTONS DE SEXUALITÉ. NOUS CHOISISSONS QUE NOTRE SEXUALITÉ SERA D’EXPLORER LES RELATIONS ORALES-GÉNITALES ET LE TOUCHER DES ORGANES GÉNITAUX AVEC LES MAINS. AUssi, NOUS DÉCIDONS QUE NOUS AURONS CES RAPPORTS SEXUELS TOUT EN UTILISANT LES PROTECTIONS NÉCESSAIRES À CHAQUE FOIS — LE CONDOM LORS DES FELLATIONS ET LA DIGUE DENTAIRE LORS DES CUNNILINGUS. Finalement, NOUS EXCLUONS DE NOTRE SEXUALITÉ LA RAPPORT GÉNITOGÉNITAL, PARCE QUE CEUX-CI SONT PLUS RISQUÉS. NOUS SOMMES TOUS LES DEUX HEUREUX DE CET ACCORD, CAR NOUS SAVONS QUE NOUS POUVONS AVOIR UNE SEXUALITÉ ÉPANOUISSANTE EN EXPLORANT CES OPTIONS.»

NIVEAU ÉMOTIONNEL

Et les émotions à travers tout ça? Le spectre d’émotions qu’il est possible de ressentir dans une telle situation est extrêmement vaste. Il est certain que les personnes qui auront une ITSS liée à une bactérie vivront des émotions moins vives que celles et ceux qui auront une ITSS liée à un virus. Puisqu’une chlamydia, par exemple, est guérissable avec la prise de quelques comprimés, alors que le VHS ne l’est pas, les émotions liées à la découverte de son statut peuvent être bien différentes en intensité. Néanmoins, chacune et chacun pourront se sentir de la manière qu’elles ou ils se sentent sans que personne ne juge leur réaction.  

Autant on peut se sentir en totale détresse d’annoncer ou même simplement de vivre avec notre statut, autant il est possible de trouver des moyens de le vivre positivement. L’une et l’autre de ses émotions sont acceptables. Dans certains cas, des gens auront besoin d’aller chercher du support psychologique dans un groupe de discussion, un groupe d’activité ou avec un-e psychologue ou sexologue.

Demander de l’aide

Demander de l’aide pour mieux passer à travers une période difficile est un acte qui démontre beaucoup de courage et de résilience. Il ne faut pas sous-estimer ce que nous pourrons apprendre sur nous-même et sur le monde qui nous entoure en demandant de l’aide. Cette aide pourra nous aider à mieux nous sentir dans notre peau et à pouvoir envisager de futures relations positives. Malgré les malaises qui peuvent ressortir des discussions sur la sexualité, de belles compréhensions de l’autre et du respect peuvent aussi en être le résultat. 

De réfléchir à tout ça peut aussi nous amener à réfléchir à comment on aimerait être traité par les autres si cela nous arrivait. Personne ne désire être rejeté ou ridiculisé. C’est peut-être aussi le moment de réfléchir à comment nous pourrions agir envers une personne ou un-e ami-e, qui, un jour, pourrait nous dévoiler son statut. Comment pourrions-nous être plus aidants, plus compréhensifs envers cette personne? Les proches qui seront en mesure d’être présents, d’aider à trouver des solutions, des moyens de se sentir mieux, des moyens d’annoncer leur statut, ces personnes seront de véritables alliés pour celles et ceux vivant, à court ou à long terme, avec une ITSS.


 

Enfin, nous vous suggérons de vous ‘intéresser aux mythes qui entourent les ITSS. Consulte notre dossier à ce sujet! Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous poser votre question ICI.

Show Buttons
Hide Buttons